Accueil I #Actualités I Souveraineté, sobriété : deux piliers pour le numérique – Republik IT

Jean-Noël Barrot, ministre délégué à la transition numérique et aux télécommunications, est confronté à l’impact environnemental et à la souveraineté. En début de semaine, il a dû traiter l’un et l’autre dans la même journée avec la remise du rapport ADEME/ARCEP et le colloque d’IDFRights.

Le lundi 6 mars 2023 a été une journée chargée pour Jean-Noël Barrot, le ministre délégué à la transition numérique et aux télécommunications. Dans la même journée, il s’est retrouvé confronté à deux dossiers particulièrement ardus : d’une part l’impact environnemental du numérique d’abord, au travers de la remise d’un rapport, d’autre part la souveraineté lors d’un colloque organisé par IDFRights (Institut des Droits Fondamentaux Numériques), un cercle de réflexion présidé par l’ancien journaliste et député européen Jean-Marie Cavada.

Pour commencer, l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) et l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse) ont remis, ce jour-là, à Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications, les résultats de leur étude prospective sur l’empreinte environnementale du numérique en France à l’horizon 2030 et 2050. Ce rapport est en fait le troisième volet du travail commandé par le gouvernement en août 2020, la remise des deux premiers volets ayant eu lieu en 2022. Les rapports peuvent être retrouvés en ligne.